Le site des Jeux Vidéo rétros

Hurlements

Amstrad CPC, Ubi Soft / Ubi Soft - 1988


Hurlements Amstrad CPC

INFORMATIONS

Genre :

Action/Aventure

Sortie :

1988

Editeur :

Ubi Soft

Développeur :

Ubi Soft

Langue :

Français

Autres Supports :

Aucun

PEGI :

PEGI 7
CONCEPTION

Auteur :

Yannick Cadin
TELECHARGEMENT
En cours de construction
LES JEUX UBI SOFT
[1986] Zombi
[1987] Masque +
[1987] Masque
[1987] Manhattan 95
[1987] Chose de Grotemburg, La
[1987] Asphalt
[1988] Skateball
[1988] Oeil de Set, L'
[1988] Night Hunter
[1988] Necromancien, Le
[1988] Maître des Ames, Le
[1988] Hurlements
[1988] Hawkeye
[1989] Omeyad
[1989] Iron Lord
[1989] Final Command
[1989] B.A.T.
[1990] Sauvez Yurk
[1990] Ranx
[1990] Jupiter s Masterdrive
[1990] Back to the Golden Age
[1992] B.A.T. II : The Koshan Conspiracy
[1998] Asghan
[2001] Visiteurs - La relique de Sainte Rolande, Les
[2001] Tom Clancy s Ghost Recon
[2005] Cold Fear
[2007] Resident Evil 4
RECOMMANDATIONS
COMMENTAIRES

NON !!! Rien à voir avec le film de Joe Dante hormis ces charmants animaux que sont les loups-garous, tiens les graphismes et l'interface me rappelle un jeu ??? mais bien sûr Zombi ... Normal c'est les mêmes auteurs, tant qu'à faire on ressert la même soupe... pas froide merci !!!

Petit malfrat de seconde zone, vous avez promis à votre douce des vacances sous les baobab, bien mal vous en a pris car maintenant elle vous bassine à longueur de journée sur votre médiocrité. Et ce n'est pas le vieu cabas piqué hier à une vieille dame qui vous remettra à flot. Mais la chance semble vous avoir souri lors d'un récent séjour à l'ombre (on se refait pas) où un vieu condamné à perpéte pour braquage de banque a fini par vous révélez l' emplacement d' un jolie magot de 20 lingots d'or ... tout près de Seattle. A votre sortie, ni une ni deux vous voici avec Lorry (la chieuse pas la chanteuse... quoique) dans une ville abandonnée, désertée par ses habitants... des cris se font bientôt entendre dans la pénombre de la forêt... finalement c'était peut-être pas une si bonne idée.

C'est sûr on ne vous y prendra plus, pourtant cette histoire avait bien commencé, ou mal selon la suite, par cette rencontre providentielle ... en prison d' Alan Glade, ce vieillard condamné à perpétuité pour hold-up... 20 lingots c'est une somme !!! Il n'aura jamais eu le temps d'en profiter puisqu'il y laissa son denier soupir. Mais pour vous c'est fini le pain sec et les fayots, vous voici enfin libre...  

J'ai les crocs, y a d'la viande, Lorry se lance et y goutte

Pendant votre petit séjour à l'ombre, vous n'aviez qu' une seule chose en tête, revoir votre Lorry ... ah non deux, et aussi trouver le magot du vieux Glade. Mais pas un mot à Lorry elle croit que vous partez voir une vieille tante éloignée du côté d'un cousin pas très proche du paternel et dont vous ne vous souvenez plus du nom !!! Un comble mais vous savez qu' elle habite un bouiboui près de Seattle, c' est assez pour décider Lorry à vous suivre qui croit toujours en votre bonne étoile, attention j'ai rien dit comme quoi elle est blonde...bande de misogyne. Et elle a presque raison sauf que sur la route votre vieux taco vous lâche et vous continuez à pied. La nuit commence à tomber et vous arrivez finalement dans cette petite ville abandonnée de tous, en fait un bled mitteux et délabré où même les rats ne s'y aventurent pas... pourtant des bruits étranges semblent sortir de la foret, mais qui rode autour ? Vous le découvrirez plus tard, revenons donc à nos moutons, ou plutot à nos loups...garous car il vous faut trouver la malle remplie de lingots et aussi un moyen de vous echapper. Et oui comme je vous l'avez dit que ca ressemble fortement à "Zombi" et pas seulement les graphismes.

Une phase d'action, pour s'échapper du loup-garou, au joystick gauche droite très rapidement

Côté technique, "Hurlement " a été réalisé par Yannick Cadin, auteur du célèbre "Zombi" chez Ubi Soft. "Hurlement" en est sa suite spirituelle car il a été réalisé 1 an après. Le jeu reprend donc les mécaniques c'est à dire les forces mais aussi les faiblesses de son grand frère, une ambiance forte, oppressante et des graphismes fins mais en 4 couleurs dû au fameux mode 1 en 320 X 200 de l' Amstrad CPC. Les objets du décor avec lesquels vous pouvez interagir sont facilement identifiables grâce à des couleurs plus vives. Un progrès important face aux autres jeux d'aventure où il fallait sans cesse cliquer sur chaque objet en essayant une multitude d'action. Cela a déjà l'avantage de ne pas vous faire tourner en rond jusqu'à vous fracasser la tête sur l'utilité d'un objet ou non. Là on sait ce qu'on peut utiliser ou non. Cela n'en n'est pas pour autant plus facile mais cela recentre la difficulté du jeu et le découragement est plus rare.

La difficulté du soft est donc ailleurs et seule la rencontre avec un loup-garou ou une chauve-souris pourra vous être fatale. Durant cette phase, un léger bip signalera que vous venez de faire une mauvaise rencontre et qu'il faut lutter pour survivre. Lutter ici signifie agiter très rapidement la manette de droite à gauche avec un certain rythme jusqu'à faire perdre de l'énergie à votre assaillant. Inutile de vous dire qu'aujourd'hui nos pauvre manette sans manche ne permettent pas une telle prouesse, reste le clavier qui fera timidement l'affaire... sans toutefois égaler notre bonne vieille speed-king. Vous trouverez aussi un fusil mais il ne sera utilisable qu'en plein jour et sur les loups-garous. Une phase bien inintéressante mais qui existait déjà dans Zombi.     

Retaper ce tas de boue pour s'en sortir... autant dire que je suis déà mort

Quelques changements tout de même car vous ne controlez plus quatre mais deux individus : Lorry et Kane. L'interface est assez destabilisantes car ce n'est pas le curseur qui bouge sur les icônes mais l'inverse. On ne peut aussi que déplorer la multitude d'îcone donnant un semblant de liberté d'action mais qui finalement n'apporte rien au jeu (tirer, stop, monter, descendre, dormir, réveiller ...). Il faudra vous ménager pendant votre aventure car le sommeil et la fin joue contre vous, votre but étant de trouver les divers éléments (roue, clé, manivelle...) pour faire repartir la vieille traction ainsi que le magot. Vous pourrez passer d'un personnage à l'autre pendant le jeu chacun gardant sa position précèdente. L'interaction entre les deux n'est utilisé qu'une seule fois pour remonter du puit la seconde personne et oui on ne peut encore s'empecher de penser à Zombi où une fois les camions bloquant l'hyper-marché, vous remontiez dans le magasin avec une corde.

Hurlements IV sorti en 1988 n'inspira pas le scnéario du jeu mais son ambiance

Hurlements était prévu sur Atari ST d'ailleurs tout comme la Chose de Grotemburg du même éditeur mais ne sorti jamais alors que Zombi a eu le privilège d'être adapté sur 16 bits. Dommage d'autant plus que l'adaptation de Zombi était plutot réussie et qu'il ne restait plus qu' à retravailler les graphismes pour Hurlements. Si Ubi Soft a fait ses premières armes 16 bits en convertissant ces hits 8 bits comme Zombi, Night Hunter ou encore Masque + , il abandonnera ce créneau en créant des jeux originaux avec le succès que l' on connait sur Iron Lord, B.A.T ou encore Ranx. Mais Hurlements aurait mérité néanmoins une conversion, les horror-soft de qualité étant trop rare sur 16 bits.

EN CONCLUSION

ON AIME...
+ L'ambiance
+ Les graphismes
ON AIME MOINS...
- Comme pour Zombi, les pseudo-phases d'action assez énervantes
- L'absence de musiques
- Fini en 20 min

Alors Hurlements est-il un bon jeu ? Oui si on met de côtés les pseudo-phases d'actions et qu'il n'est qu'une copie de Zombi. L'ambiance est toujours le point fort du soft et tant mieu. Si vous ne connaissez pas Zombi alors commencez plutôt par ce dernier sinon Hurlements est une excellente suite. Reste le côté pseudo action très mal inspiré pour ce type de jeu, en souhaitant que votre manette (... à manche) tienne le coup.