Le site des Jeux Vidéo rétros

Explora II

Amiga, Infomédia / 16/32 Diffusion - 1988


Explora II Amiga

INFORMATIONS

Genre :

Aventure

Sortie :

1988

Editeur :

16/32 Diffusion

Développeur :

Infomédia

Langue :

Français

Autres Supports :

Atari ST, DOS,

PEGI :

PEGI 7
CONCEPTION

Compositeur :

Jean-Marc Grignon

Graphiste :

Fabien Begom

Illustrateur :

Stéphane Polard

Programmeur :

Jean Marc Cazalé

Programmeur :

Hervé Hubert

Scénariste :

Marc Fajal

Scénariste :

Michel Centelles
TELECHARGEMENT
En cours de construction
LES JEUX INFOMéDIA
RECOMMANDATIONS
COMMENTAIRES

Après le succès du premier volet, nul doute qu'Infomédia ne relance sa machine pour un autre voyage temporel. Avec son expérience acquise, la jeune équipe corrige les défauts majeurs de son grand frére et nous livre ce qui est pour moi le meilleur volet de la trilogie.

Après maintes péripéties et au prix d'une course effrénée dans un univers spatiaux temporel vous avez enfin retrouver le meurtrier de votre pére et vous vous apprêtez à revenir dans votre cher château familial en 1922. Hélas la phase de translation est perturbé par un incident majeur : un déreglement des turbines temporelles a entraîné une surchauffe de l'engin est une surconsommation de métal indispensable à l'alimentation du générateur. Propulsé dans un monde inconnu vous allez devoir user de toute votre intelligence pour venir à bout de nouvelles épreuves. Votre principal préoccupation sera la quête de métal cher à Explora...

Des graphismes superbes, toujours signé Fabien Begom

Le ton est donné, plus humoristique que le premier, Explora 2 se veut aussi plus simple d'emploi. Fini donc les dix-milles icônes, exit l'absence de dialogues ou d'animations. Tout se gére maintenant avec seulement 8 icônes : reculer, charger/sauver, jeter, prendre, utiliser, examiner et avancer ainsi que ceux spécifique lors des phases de dialogue. Un dernier icône représente le surgénérateur d' Explora dans lequel vous devez y déposer les précieux métaux.

Heureusement vous pouvez sonder le métal afin de connaître l'époque dans laquelle il va vous transporter car vous pourriez mal retomber et finir au centre d'un volcan. Les graphismes ont été amélioré et même si le travail fournit dans le premier volet étaient déjà fabuleux, Fabien Begom s'est ici surpassait. Les couleurs sont vives et bien choisies. Les animations sont plus nombreuses, le forgeron tape sur son enclume, le cheval galope. La technique de cyclage de palette permet aussi de donner l'impression que l'eau bouge... néanmoins elles demeurent toujours en nombre insuffisant à mon goût. Enfin les dialogues font leur entré, les personnages sont réalistes et s'expriment grâce à de très belles digitalisations provenant d'une troupe de comédiens.

La voici, la voilà... la bouffeuse de métal

Malheureusement toutes ces améliorations ont souvent un prix, ici c'est encore la linéarité. Je crois qu'il n'existe pas de jeu plus linéaire qu' Explora 2. En effet, les époques, les actions doivent se faire dans un ordre précis. Pareillement lors des dialogues si vous parlez avant d'écouter un personnage vous pouvez jouer votre vie. Il n'y a donc pas 2 solutions possibles et c'est bien regrétable.

Néanmoins le jeu est facile d'accès, personnellement c'est mon préféré de la trilogie peut-être par la multitude d'époque traversée et des personnages rencontrés. Ce n'est pas dans tous les jeux que vous pouvez rencontrer tantôt le cyclope, tantôt Jesus ou Anne d'Autriche. Si vous avez donc aimé Explora, le second volet vous passionnera certainement et les 4 disquettes double face du jeu sont là pour appuyer le travail fourni par l'équipe de développement. Comme je l'ai déjà dit les graphismes 32 couleurs sont excellents, la musique et les bruitages savent enfin exploiter l'Amiga, le jeu obtiendra de multiples récompenses dont le gen d'or 1989 pour le meilleur jeu d'aventure (récompense du magazine Génération 4).

La rencontre avec la mort, un conseil ne la jouez pas gros dur

Les énigmes ne sont pas simples à résoudre voir même tirées par les cheveux. Par exemple vous devez prendre une clé sur une porte, l'utiliser sur le forgeron pour la remettre ensuite sur la porte et pouvoir l'ouvrir. Fichtre!!! donc en gros vous prenez une clé sur une porte qui n'ouvre pas celle-ci, c'est pas très logique. Une fois la solution en main, il vous faudra pas moins de 20 min chrono pour finir le jeu. Celui-ci perd donc beaucoup de son charme avec la solution et tout son intérêt reside justement dans cette quête. 
 
A noter aussi que la version anglaise est sortie sous le nom de Chrono Quest 2 toujours éditée par Psygnosis ainsi qu'une version PC avec un très beau dégradé 2 couleurs allant du blanc au noir.

Les graphismes ...No comment

Le devoir m'appelle

EN CONCLUSION

ON AIME...
+ Les graphismes encore plus beaux
+ Les dialogues digitalisées d'acteurs pro
+ Les multiples situations et époques visitées
+ Enfin un jeu d'aventure sur Amiga en 32 couleurs
ON AIME MOINS...
- La linéarité, un seul chemin, une seule solution possible !

Pour finir et pour résumer je dirai qu' Explora 2 bénéficie de toute la compétence acquise par Infomédia aussi bien sur le plan gestion des actions que graphiquement. On ne retrouvera malheureusement pas cela dans le troisiéme volet. A jouer et re-rejouer sans modération.

A noter que la version ST proposée ici a été dumpé par Blood himself. Il s'agit de la version finale avec des codes certes mais elle a été testée jusqu'à la fin, toute les versions crackées que j'ai trouvé sur le net plante à un moment ou un autre (souvent au Duc de Buckingham).

Review sur ATARI ST

Infomédia, 1988


16 couleurs sur ST, 32 sur Amiga mais la différence n'est pas flagrante
Contrairement à l'épisode précédent les versions Amiga et Atari ST ne différent presque pas. Les graphismes sont meilleures sur la machine de Commodore mais les sons et les bruitages gardent la même chaleur, seule sur Atari la synthése vocale ralentit le déroulement du jeu par ses multiples changement de disque, préférez donc 2 lecteurs ou désactiver la mais ce serait dommage tant elle ajoute au charme du jeu.