Le site des Jeux Vidéo rétro

Eclipse / System 3 - 1990


TEST sur Amiga


./games/ninja_remix/box-ninja-remix.jpg

INFORMATIONS

Genre :

Action/Aventure

Sortie :

1990

Développeur :

Eclipse

Editeur :

System 3

Langue :

Anglais

Support(s) :

Amiga, Amstrad CPC, Atari ST, C64

PEGI :

7
CONCEPTION

Amiga


Musicien :

Jochen Hippel

Atari ST


Musicien :

Jochen Hippel
PLAYLIST
ECLIPSE
[1988] Last Ninja, the
[1990] Ninja Remix
[1993] Cardiaxx
RECOMMANDATIONS
[1987] Where Time Stood Still
[1987] Last Ninja, the
[1988] Last Ninja 2, The
[1991] Last Ninja 3, The
MAGAZINES
Amstrad 100% #30
[oct 1990]
  • page
    14
  • Publicité
Amstrad 100% #31
[nov 1990]
  • page
    114
  • Publicité
Amstrad 100% #32
[déc 1990]
  • page
    107
  • Test Amstrad CPC
CU Amiga #10
[déc 1990]
    Génération 4 #28
    [déc 1990]
    • page
      193
    • Publicité
    • page
      198
    • Preview
    • page
      200
    • Preview
    Joystick #11
    [déc 1990]
    • page
      16
    • Preview Atari ST
    • page
      52
    • Publicité
    • page
      260
    • Test Amstrad CPC
    • page
      261
    • Test Amstrad CPC
    Micro News #42
    [déc 1990]
    • page
      29
    • News
    Atari Magazine #19
    [jan 1991]
    • page
      97
    • Publicité
    CU Amiga #11
    [jan 1991]
      Génération 4 #29
      [jan 1991]
      • page
        82
      • Test
      Joystick #12
      [jan 1991]
      • page
        143
      • Test Atari ST
      ST Magazine #48
      [jan 1991]
      • page
        109
      • Test Atari ST
      COMMENTAIRES
      Aucun commentaire
      TEST

      Allons droit au but The Last Ninja est le plus gros succès sur Commodore 64 avec plus de 750 000 exemplaires vendus rien que sur cette machine et 2 millions tous supports confondus. Ninja Remix n'est ni plus ni moins que la conversion 16 bits, un peu tardive, du hit de System 3. Alors un des meilleurs jeux C64 donne t-il aussi un des meilleurs jeux 16 bits ?

      Kunitoki, le shogun diabolique du clan Ashikaga enviait depuis longtemps le pouvoir et les talents de la confrérie Ninja. Pensant que le seul moyen de se procurer les secrets de leur puissance était de les détruire, il utilisa la magie noire pour invoquer les esprits diaboliques vers l'île de Lin Fen, lieu de pèlerinage des Ninjas. Les frères d'Armakuni et tous les Ninjas furent décimés par le terrible shogun, en tant que dernier ninja, Armakuni part sur l'île régler ses comptes avec Kunitoki.

      Petite prière avant de se prendre des bourre-pif, c'est pas un luxe. [Amiga]

      La série des Last Ninja est composée de 4 épisodes :
      - The Last Ninja sorti en premier sur C64 en 1987
      - The Last Ninja II sorti en 1988
      - Ninja Remix en 1990
      - The Last Ninja III le dernier volet de la série sorti en 1991.

      Le premier jeu connut un succès phénoménal sur C64, il se présente comme un jeu d'action-aventure qui adopte une vue en 3d-isométrique, entendait par là que la perspective adoptée donne une fausse impression de 3D plus proche graphiquement de « The Great Escape » ou « Where Time Stood Still » de Denton Design que de «L' Ange de Crystal », un style graphique très à la mode sur les 8 bits mais beaucoup moins sur ST/Amiga.

      Ninja Remix, sur 16 bits est en fait la conversion de The Last Ninja. Le jeu alterne les phases de combat assez simples dans l'ensemble, parfois un peu rébarbative et des puzzles à résoudre. Votre personnage pourra ramasser différentes armes ou objets dans un niveau pour les utiliser dans un autre donc faite attention à ne rien oublier.

      Dû à cette représentation en 3D isométique, le déplacement du personnage et son maniement a pu en surprendre et énervé plus d'un et c'est même en cela que le jeu divise autant, on aime ou on n'aime pas cette gestion des déplacements. Par exemple le pad vers le haut fait avancer votre ninja vers le haut mais sans que le personnage ne se retourne ainsi votre ninja peut marcher à reculons ce qui dans certains cas pose problème et peut engendrer des crises de nerfs. Par exemple si un ennemi vous bloque entre le décor et vous frappe dans le dos, pour vous retourner vous devez faire un demi-tour avec le pad. C'est un peu déstabilisant au départ, mais avec un peu d'entrainement on s'y fait rapidement même si on remarquera que cette capacité à marcher à reculons n'est malheureusement utilisée qu'à un seul passage dans le jeu au niveau 2 pour descendre de la montagne.

      Comme sur C64, les écrans s'enchainent, sans scrolling mais là où ils se dessinaient sur C64, cette fois l'affichage est sans transition et ce n'est pas un mal. Ainsi pour passer au suivant il faut aller sur un des côtés. On ne peut être que décu que la puissance des 16 bits n'ai pas servi à proposer enfin un vrai scrolling ce qui aurait pu renouvelé l'expérience du gameplay connu sur C64, mais non. Ce gameplay a inévitablement son lot d'inconvénient hormis le déplacement, car votre arrivé sur un nouvel écran peut être différent de ce que l'on pourait s'attendre, par exemple si vous allez complétement à droite on peut s'attendre logiquement à arriver par la gauche dans le nouvel écran ? et bien non magie Ninja vous pouvez arriver par le haut.

      Tiens votre potos Robert ! ben dit donc il a pas l'air en forme. [Amiga]

      En tout six niveaux composent le jeu :
      - Les terres désolées (Wastelands)
      - Le désert (Wilderness)
      - Les jardins du palais (Palace Gardens)
      - Les cachots (Dungeons)
      - L'entrée du palais (Lower Palace)
      - L' intérieur du sanctuaire (Inner Sanctum)

      Le tout avec peu de surprise en général car les niveaux se suivent et se ressemblent beaucoup avec un bémol pour le niveau 5 qui consiste uniquement à tuer 2/3 ennemis pour entrer dans le palais du shogun.

      L' IA des ennemis est vraiment nulle et je pèse mes mots car les ennemis ne se dirigent pas forcément vers vous mais vers le chemin où vous êtes censé arriver, enfin le plus souvent, donc parfois vous entrez dans une pièce et l'ennemi va vers le côté opposé. La variété de leur coup est ridicule tout comme le nombre d'ennemis différents proposés, c'est-à-dire moins que les doigts d'une main. Certains passages réclament plus d'adresse voir de la chance comme pour traverser une rivière et ca arrive au début assez souvent de tomber.

      La durée de vie est relativement courte dès lors où vous connaissez l'usage des objets, 30 minutes seront suffisants pour le finir, seules les chutes dans les rivières vous ralentirons. Les combats sur Amiga/ST sont assez simple comparés à la version C64 puisqu'il vous suffit au tout début, d'aller à droite, de tuer un ennemi à main nu pour atteindre le premier objet indispensable : le Katana. Ensuite combinaison Feu + droite et vous tuez vos ennemis en 2 temps 3 mouvements, il suffit de prendre le rythme.

      Quelle hospitalité ce shogun ! dans chaque pièce vous êtes accueilli à bras ouvert, faudra le remercier à la fin de l'aventure. [Amiga]

      Bon on dira quand même que les musiques sont superbes, normal me direz-vous car elles sont signées Jochen Hippel. Compositeur très connu sur ST/Amiga avec des partitions aussi célèbres que Wings of Death (Thalion) ou des conversions sur Atari ST des musiques de Chris Hülsbeck sur la trilogie Turrican  (Factor 5). Quand aux graphismes ils sont fins, colorés avec des tons pastels parfaitement adaptés au style du jeu, simple et efficace car Ninja Remix ne tire pas son intérêt premier dans ses graphismes mais dans vos réflexes et votre capacité à résoudre les énigmes. Gros bémol côté bruitage c'est le silence total, rien, niet, nada, que dalle...

      Globalement cette version du premier jeu est bien au dessus de la pitoyable conversion de Last Ninja II signé activision sur 16 bits. System 3 ayant était déçu par la précédente conversion du studio Consult, elle a décidé de régler ces différents financiers avec Eclipse pour enfin sortir ce jeu.

      EN CONCLUSION

      ON AIME...
      + Enfin The Last Ninja sur 16 bits
      + La musique de Jochen Hippel
      ON AIME MOINS...
      - Absence de bruitage et de scrolling
      - Traverser les rivières
      - Une fin toujours aussi pourrie, bon vous êtes prévenu

      Ninja Remix est arrivé bien tardivement surtout si on le compare à la version bêta faite par l'équipe d' Eclipse sur Atari ST en 1988, graphiquement c'est identique avec quelques améliorations sur la maniabilité et surtout l'ajout des superbes musiques de Jochen Hippel. On peut se dire que l' Amiga aurait pu mieux faire mieux en proposant par exemple des graphismes en 32 couleurs, un scrolling, des bruitages et pourquoi pas un niveau supplémentaire et une fin digne du 16 bits mais non ! tant pis il faudra se contenter du minimum... on aime ou on n'aime pas ! Le gros problème est que le meilleur jeu C64 ne donne pas le meilleur jeu 16 bits surtout quand il s'agit d'une simple conversion. Le charme du jeu original y est toujours, je pense que ceux qui ont connu la version C64 gagne à connaître cette version assez jolie graphiquement, un peu simple au niveau des combat mais surtout bien rythmé musicalement.

      REVIEW
      EN VRAC
      SOLUTION
      ./games/ninja_remix/galerie/NinjaRemixDiscA_000.gif./games/ninja_remix/galerie/NinjaRemixDiscA_001.gif./games/ninja_remix/galerie/NinjaRemixDiscA_009.gif./games/ninja_remix/galerie/NinjaRemixDiscA_018.gif./games/ninja_remix/galerie/NinjaRemixDiscB_003.gif./games/ninja_remix/galerie/NinjaRemixDiscB_019.gif./games/ninja_remix/galerie/NinjaRemixDiscB_033.gif./games/ninja_remix/galerie/NinjaRemixDiscB_034.gif./games/ninja_remix/galerie/NinjaRemixDiscB_053.gif./games/ninja_remix/galerie/NinjaRemixDiscC_010.gif./games/ninja_remix/galerie/NinjaRemixDiscC_021.gif./games/ninja_remix/galerie/NinjaRemixDiscC_026.gif./games/ninja_remix/galerie/NinjaRemixDiscC_036.gif